© 2023 Luc Archambault Créé avec Wix.com 

Lévis | Québec

  • Twitter Clean

Écrits de l'artiste

 

Journal d'artiste ( extrait initial  ici-bas ) et autres ouvrages littéraires,

accessibles aux membres via la clé Connexion / Inscription ci-contre

 

Pour devenir membre s'inscrire via la même clé Connexion / Inscription ci-haut

et choisissez ensuite l'abonnement ou le forfait désiré via la « boutique ».

Si peu de chose

 

Journal d'artiste | autofiction

 

Québec | 2015 11 18 | 15h27

 

Avec youtube aujourd'hui, il n'y a pas d'excuse... ( et c'est une condition ), il faut d'abord, pour aller plus avant dans la lecture de ce récit, avoir vu ( plutôt avoir vuouï ) au moins l'un des deux films cultes de Jean Eustache...

 

La maman et la putain | 1973 et Mes petites amoureuses | 1974, surtout... La maman et la putain

 

Allez... zou... à vos écrans... via youtube...

 

 

 

vouïr : de voir et d'entendre ( ouïr | wiktionnaire )

 

Cela dit, si j'avais bien vuouï l'année de sa sortie en 1973 La maman et la putain, avec la pleine conscience de vuouïr là un film culte qui marquerait ma vie, comme un jalon, je ne me souviens par avoir vuouï Mes petites amoureuses... que je vuouï en ce moment même tout en écrivant ces mots.

 

Cette condition se présente comme repoussoir... comme les monstrueuses et ideuses chimères et gargouilles des cathédrales gothiques, ayant pour fonction symbolique non pas d'attirer les passants, mais plutôt pour les effrayer, pour dire qu'on entre pas là comme on rentre dans un moulin...

 

Il faut avoir vuouï La maman et la putain pour comprendre l'époque et le monde dans lequel a vécu ma génération, celle née dans les années cinquante, contemplant l'oeuvre de ses grands frères, dont, Jean Eustache né en 1938, dont aussi son acteur fétiche Jean-Pierre Léaud est né en 1944, dix ans avant moi, qui ai vu le jour en 1954.

 

Jean Eustache s'est suicidé en 1981... nous avions 27 ans... lui en avait 42. Je dis nous, Maude D. et moi... moins de dix ans après qu'il eut créé son oeuvre fétiche... ce fut pour nous un choc immense...

 

« En 1972, Jean Eustache tourne La Maman et la Putain qui obtient le grand prix spécial du jury au Festival de Cannes 1973. Après ce succès, Eustache réalise un film sur son enfance à Narbonne, Mes petites amoureuses, dont le succès est moindre, et par la suite il ne parvient pas à tourner de nouveau long métrage. »

 

Ce présent et modeste récit n'a rien à voir ni avec ces 2 films de Jean Eustache, ni avec Jean Eustache lui-même, mais pourtant... il en est parfaitement tributaire, comme on dit d'un cours d'eau qui se jette dans un autre ( ou qui se dissout dans une étendue d'eau... ) ; comme on dit d'une personne qui paye un tribut : cette « contribution » que les soumis,es paient à une autorité, à un pouvoir qui s'impose à eux,elles ( ce que le vaincu donne au vainqueur en signe de dépendance et de soumission ).

 

Avec Eustache, en noir et blanc, on est en plein dedans ; dedans les odeurs, les bruits, les sons, les couleurs de mon enfance en France, à Strasbourg... du moins, celles et ceux de l'année de mes onzes ans, vécue en Europe avec comme port d'attache, l'alsacienne Strasbourg ... ma belle « petite France... » décalée, avec ce ton déclamatoire à la fois surfait et décati si caractéristique de Jean-Pierre Léaud, Pierro lunaire à nul autre pareil, un autre « enfant du Paradis » ( Les enfants du Paradis ).

 

Tout ça est comparable aujourd'hui à des artefacts de l'antiquité grecque... tant, ce qui est mis en scène, tant, la facture même, nous semblent lointain,e, étranger,ère à nos préoccupations et aux référents, us et coutumes de nos cultures contemporaines.

 

...

 

Pour lire la suite... faut être abonné... via la « boutique »

 

 

 

Un journal d'artiste et d'autres ouvrages littéraires de Luc Archambault sont accessibles aux membres du site.

 

Pour devenir membre du site il faut participer au financement des frais de vie de l'artiste et des coûts de production de ses oeuvres, ce, moyennant une cotisation mensuelle ou annuelle ou via l'accès à un ouvrage littéraire de l'artiste, le tout accessible via la « boutique ».

MODUS OPERANDI

 

Via la « boutique » les utilisateur,trices effectuent un paiement pour l'un ou l'autre des « produits » mis en vente.

 

Après paiement, l'artiste prend contact avec l'acquéreur par courriel pour lui donner accès au « produit ».

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now